Le Mouvement Respiratoire Primaire
et la Respiration Embryonnaire.

A la fin des années soixante dix, avec des amis ostéopathes, pionniers en la matière, mais qui furent également mes élèves en Tao-yin, Franck et Tania Gilly, Pierre Yves Dodin, nous avons émis l'hypothèse, alors totalement inédite, qu'il existait un rapport particulier entre ce que nous nommions la Gymnastique Taoïste et l'ostéopathie crânienne.
Donc entre la "respiration embryonnaire' et le "mouvement respiratoire primaire" (MRP ou CRI).
Depuis cette hypothèse à fait son bonhomme de chemin puisque Franck, Tania et Pierre Yves formèrent bon nombre d'ostéopathes (ATMAN. COA).
Lorsqu'elle nous revient, revue et corrigée, des USA elle est désormais admise par les professionnels de la profession !
Cet entretient, réalisé par Georges Charles, dans le cadre d'un stage IDAMTP d'Eyguières en donne le résummé succinct.
 

Mouvement Respiratoire Primaire et Tao-Yin Qigong


Qu'est-ce que le Mouvement Respiratoire Primaire (MRP) ?


Notre squelette comporte de nombreuses articulations, 360 suivant les anciens sages de la Chine.


Ces articulations permettent la mobilité.


Cette mobilité articulaire se répartit en trois tendances : Les articulations à grande mobilité (épaule, coude), les articulations à moyenne mobilité (vertèbres), les articulations à petite mobilité (sutures crâniennes).


 

Notre crâne présente en effet des sutures qui sont des articulations avec synoviale, ménisque, nerf, vaisseaux. Elles présentent des pivots et des axes de mouvement. Comme toutes les autres articulations elles sont conformées pour le mouvement.

 

Le crâne, qu'on le veuille ou non, est donc siège de mouvement.


C'est ce mouvement que l'on nomme Mouvement Respiratoire Primaire (MRP) ou Cranial Rythmic Impulse (CRI).


Mouvement Respiratoire car il ressemble à une respiration présentant un va et viens, un flux et un reflux, avec une phase d'expansion, de dilatation nommée " Inspire " et une phase de rétraction de concentration nommée " Expire ".


Dans l'inspire, le crâne s'arrondit, dans l'expire il se rétrécit et s'allonge.
Cette respiration interne, primaire, diffère de la respiration thoracique qui n'a ni le même rythme ni les mêmes fonctions.


Ces articulations crâniennes sont donc faites pour le mouvement mais également " par le mouvement ".


Lorsqu'elles se bloquent le blocage, par le biais du mouvement crânio-sacré (entre crâne et sacrum) finit par bloquer les autres articulations à petite mobilité (sacrum, symphyse pubienne) et à perturber les équilibres corporels puis les fonctions.
Rendre aux os du crâne leur mobilité ou entretenir celle-ci permet à cette pulsion interne profonde d'animer le corps, les organes, le cerveau.


Donc de faciliter le " mouvement de vie ".


Ce mouvement est probablement du à la fluctuation (flux et reflux) du liquide céphalo-rachidien (LCR)


Pourquoi Primaire ?
Certains auteurs disent " primal " car ce mouvement autonome commence dès la formation de l'embryon, autour du quatrième mois après la conception et se poursuit plusieurs heures après la mort.
Il s'agit donc à proprement parler d'un " mouvement embryonnaire ", d'une " respiration embryonnaire " dont on retrouve le concept dans las pratiques taoïstes (Taixi).
Elle demeure indépendante des autres pulsions (rythme respiratoire ; rythme cardiaque ; rythme viscéral ; rythme énergétique ).
Le rythme circulatoire et le rythme ventilatoire demeurent dans la proportion de 1 pour 5 (1respiration complète pour 5 battements cardiaques).
Le MRP correspond de 10 à 15 mouvements par minute.


Est-il important ?
Toute vie se manifeste dans un mouvement ou une énergie.
Sans mouvement infime et sans énergie perceptible il ne peut y avoir que l'occlusion.
Donc la cessation d'activité et la mort.
Suivant Sutherland, l'un des fondateurs de l'ostéopathie moderne ce mouvement est commandé par le " fluide cérébro-spinal " (ou LCR) qui est " un élément fonctionnel, physiologique et intelligent qui dépasse tous les autres éléments constitutifs du corps ".
On retrouve ici, encore une fois, une similitude avec le Jing de la tradition énergétique et philosophique chinoises (Essence, Fluide Essentiel) qui permet la mise en harmonie entre la structure corporelle (Xing), le Souffle (Qi) et l'Esprit (Shen).
Dans les caractères chinois antiques (Wieger dictionnaire classique de la langue chinoise) le nombril (Pi) est étymologiquement " Ce qui conspire avec les structures (sutures) crâniennes ".
Il existe donc un mouvement profond qui est le mouvement même de la vie et qui se manifeste dans ce Flux et Reflux du Ciel Antérieur (littéralement " avant d'avoir vu le jour " donc du " Ciel Antérieur " (Xan Tian) qui diffère des mouvements corporels " d'après la naissance " (après avoir vu le Ciel, donc après avoir vu le jour) (Hou Tian).
C'est, en fait, l'essentiel des pratiques Taoïstes puisque, comme le propose Laozi

" Il faut redevenir comme l'enfançon " (Daodejing 10).
" En faisant que ton souffle spirituel (Shen Qi) et que ton souffle essentiel (Jing Qi) embrassent l'Unité. En concentrant ton énergie (Shen Qi et Jing Qi) et en atteignant la souplesse (flux et reflux), peux tu redevenir un enfançon ? ".


Il existe donc un rapport direct entre le MRP et les pratiques taoïstes ?
Cela me semble évident, mais encore faut-il faire l'effort de décrypter les mots et de leur rendre leur signification (Zheng Ming) pour aboutir à une compréhension (Jingshen) globale.
C'est le même principe qui s'exprime avec des mots différents dans le cadre de civilisations différentes.
Dans la vision occidentale, externe, c'est le thérapeute qui ressent et contrôle éventuellement ce mouvement.
Dans la vision orientale, plus interne, c'est le pratiquant qui, grâce à un travail d'introspection (vision intérieure ou Neiguan) ressent et qui infuence sur ce mouvement grâce à des postures, à des enchaînements ou au cours de pratiques de méditation et, c'est très important, de rituels particuliers (travaux sur le Flux et Reflux Taisu ou Tai So).
Il s'agit dans ce cas d'un voyage intérieur en relation avec la " respiration embryonnaire ", la " marche dans les étoiles ", la " marche dans les organes ", les " petites et grandes révolutions célestes " et la pratique du " Tai Su) dans ses divers aspects (posture de l'arbre, méditation active (Zhan Zhuang ou Ritsu Zen), du Taijiquan, du Baguazhang et de nombreuses formes de pratiques " Internes " (Neijia).


L'un des exemples les plus significatifs de l'utilisation de ce Flux/Reflux demeure le Maître Fondateur de l'Aïkido, O Waka Sensei Ueshiba Morihei.


L'Aïkido utilise le principe du Flux.Reflux ?
C'est également évident mais encore faut-il lire les fameux poèmes ésotériques du Maître Ueshiba. Son fils affirme dans l'un de ses ouvrages (L'Esprit de l'Aïkido -Editions Budo -)

" Nous pouvons dire que les années 1924 1925 ont marqué le début de l'évolution spirituelle de l'Aïkido " (page 115).

Or, à cette époque le fondateur de l'Aïkido était en Chine.

Mais beaucoup de pratiquants et même d'enseignants d'Aïkido ne le savent pas ou ne veulent pas comprendre ce qu'affirme le Doshu Kisshomaru Ueshiba.
Pour préciser la chose voilà ce qu'écrit le Maître Morihei Ueshiba dans l'un de ses poèmes (13), celui qu'il préférait d'entre tous.
Et pour cause. Ces Dokas ainsi que les commentaires sont issus de l'ouvrage " Essence de l'Aïkido " par Morihei Ueshiba (Editions Budo).

"Les techniques suprêmes du Ki
Joyau rouge et joyau blanc Purs comme le cristal
Révèlent le chemin de l'Aiki
Et les techniques divines de Odo".


Cela peut sembler à première vue anodin sauf que ces fameux joyaux rouge et blanc (notez la présence d'un Joyau Ecarlate ou Ling Pao) font référence au KOJIKI (Chroniques des Choses Anciennes - donc de l'Origine du Japon ) où " une divinité marine utilise ces deux joyaux pour commander le Flux et le Reflux.


Ces " Joyaux Magiques " (Shio Mitsu Tama) permettent de décider à volonté du flux et du reflux des eaux.

Posséder ces deux joyaux c'est ne faire qu'un avec le flux et le reflux ; c'est maîtriser le souffle du Ciel et de la Terre et voguer avec l'énergie cosmique.

Lorsque joyau rouge et blanc s'unissent à tous les niveaux ils créent un corps de diamant qui apporte la clarté de la compréhension.

Odo est la rivière dans laquelle Izanagi (divinité créatrice du Japon) se purifia lors d'un rituel (Misogi) sacré ".


Un autre Doka (26) explique :


"Le flux vibrant de la vie
Circule et vivifie
Toute la création
L'esprit-Joyau de l'Aiki
Le pont flottant du Ciel"


Il considère ce flux (Tai Su en chinois Dai So ou Su en japonais) comme l'énergie qui anime l'univers tout entier et qui s'intègre dans la pratique et dans l'Etre Humain.
Doku (32)

"Su, Père suprême
Au cœur rempli d'un amour
Aussi vaste que le Ciel
Il est la source
De tout ce qui vit dans le Monde".

La pratique du Taiso dans l'Aïkido est donc la source et le flux de celui-ci.
Il s'agit donc de bien autre chose que d'un échauffement qui permet de se tordre les poignets en cadence !
Enfin le Maître Ueshiba considère comme essentiels les Trois Fondements.


Le Carré (Tamatsune Tama) " Fondement de l'Acomplissement ",
" Le carré est la clé du Contrôle).
Le Triangle (Iku Tama) représente " le fondement de la vitalité ",
le " Triangle est la clé de l'Entrée "
Le Cercle (Taru Tama) " fondement de l'Achèvement " (Da Zheng),
" Le Cercle est la clé de la Rencontre (avec le Ciel) "


Il s'agit bien évidemment de la Terre, de l'Etre Humain et du Ciel qui s'unissent en Un.

Ceci est à rapprocher du travail sur les point de sortie, de contrôle et d'entrée de l'Energie qui se concentrent (Tame Himeburi) en Un.

Comment pratiquer le MRP ?

En ostéopathie comme dans le Tao-yin Qigong
Il existe un seul secret à la Pratique :
Pratiquer.
Il convient de pratiquer et cette pratique est sans limite.
Etant sans limite le Centre est partout, la Périphérie nulle part.
Mais les Trois (San) (Sans limite, Centre, Périphérie)
s'unissent (Aï) en UN (Yi).
SAN YI.