"Tengu- Ma voie martiale"

Pour un art martial aux normes de notre temps
par Roland Habersetzer

AMPHORA
Collection Reflets de Chine
336 pages 28 euros 50 cts

 


Roland Habersetzer a écrit plus de 70 ouvrages !
Celui-ci est son "petit dernier"
Mais il s'agit, cette fois, pour lui de présenter son Oeuvre en tant que Maître.
En effet, après avoir présenté, décrit, commenté, illustré la pratique, il s'est décidé à révèler SA pratique.
Les Tengu sont des être extraordinnaires qui, au Japon, transmettent depuis des générations les secrets de l'Art du Combat à celles et ceux qui ont obtenu un niveau de compréhension supérieur et qui ont dépassé le stade de la technique.
Roland Habersetzer est lui-même une sorte de Tengu que l'on peut rencontrer près du Mont Saint Odile dans son village d'Ottrott.
Ses innombrables années de pratique et d'enseignement l'ont probablement incité à sortir quelque peu du carcan de la "tradition" sans pour autant la trahir ou la minimiser.
Il s'agit donc, en quelque sorte, d'une "remise à jour" des principes qui motivent celle-ci.
Avec quelques apports personnels dus à son expérience parallèle du tir.
On retrouvera donc à la fois des principes issus de la tradition chevaleresque japonaise et une adaptation particulière à l'art, très occidental, du tir instinctif.
Généralement il semble exister une difficulté de cohabitation entre ces deux principes.
On peut s'en convaincre en se référant aux films d'Akira Kurosawa, comme Kagemusha, l'Ombre du Guerrier, où les armes à poudre donc noires sonnent le glas de l'arme blanche donc de la chevalerie et du Budo. Thème repris dans le "Dernier Samourai" où la "bravoure du tigre" n'est plus de mise face à la mousquetterie venue d'Occident et utilisée par des militaires fonctionarisés.
"Dieu a créé les hommes et Samel Colt les a rendu égaux !" dit-on au Texas.
Si on part du principe que l'arme a beaucoup plus influencé les pratiques à mains nues que le contraire, ce qui est historiquement vrai, Roland Habersetzer ne fait que de suivre une longue tradition dont l'exemple le plus significatif est le Général Yue Fei qui, craignant d'être désarmé imagina, à partir des gardes et formes de lance, une forme à main nue qui fut à l'origine du Xingyiquan.
Dans ce cas il s'agit, en effet, d'un retour aux origines qui ne trahit nullement la tradition.
La pratique de l'arme sans arme peut probablement apporter plus à la pratique martiale que celle du poing sans le poing !
Mais Roland Habersetzer a déjà fait des émules puisque le film Equilibrium de Kurt Wimmer met en scène d'étonnants "Katas" au révolver et même une forme de Kumite, alias Touei Shou (littéralement joindre les mains) (Duishou) ou "poussée de mains" toujours avec des révolvers !
Ceci étant dit cet ouvrage demeure des plus intéressants car il ouvre une autre porte dans une autre dimension tout en restant très pragmatique.