PEDAGOGIE ET DEMAGOGIE !
Par Georges Charles

 

La pédagogie dissimule parfois quelques arrières pensées !

 

Une nouvelle science : la pédagodémagogie

 

C'est la rentrée !


Et, comme à chaque rentrée, on vous propose quelques changements.
Déjà nos enfants vont, enfin, apprendre à lire, à écrire et à compter et ceci à l'école.
On appelle cela le "socle commun de connaissances"

Non pas des connaissances.


Il est vrai que nous savons déjà que les parents d'élèves sont des "géniteurs d'apprenants" et qu'un ballon (rond !) se dit "référenciel sportif" puisque le ballon ovale de Rugby ou de Jeu à XIII se dit "référenciel sportif rebondissant aléatoire".
Alors qu'un jardin est un "espace végétalisé" et une haie un "mur temporaire végétal".


Lorsqu'un parent d'élève va récupérer le ballon de rugby qui est passé par dessus de la haie dans le jardin municipal il convient donc de comprendre que "le géniteur d'apprenant a eu comme projet effectif la récupération physique du réfécenciel rebondissant aléatoire qui se trouvait alors contrairement à sa destination initiale dans l'espace végétalisé mis gracieusement à la libre disposition des administrés puisqu'il avait malencontreusement franchi le mur temporaire végétal qui borde l'établissement destiné à la scolarisation".


Ou peu s'en faut !


On nous explique qu'il va simplement falloir revenir aux bonnes vieilles méthodes, donc au B.A-BA et qu'il conviendra, peut-être, de faire comprendre aux enseignants et aux élèves concernés qu'il existe, somme toute, des lettres et des chiffres et que cela peut, éventuellement, être utile pour apprendre à lire, à écrire et à compter.
Certains n'hésitent pas à jeter le pavé dans la mare du Landerneau éducatif en proposant "une rupture avec mai 68" !


Rien que ça !


Exit le Baba vive le B.A-Ba !


Et qu'il va falloir expliquer aux élèves que leurs études pourraient même, peut-être, leur permettre, plus tard, de trouver un travail !


On entend d'ici les hurlement des universitaires qui se faisaient, jusqu'ici et depuis 68, un point d'honneur à ce que leurs enseignements soient totalement inutiles dans la vraie vie.


Et ceux des enseignants qui, déjà, regrettent la méthode globale et la théorie des ensembles qui leur permettaient d'espérer un bilan globalement positif en fin de course.


Donc au bac.


Où des instructions sont données pour qu'ils oublient de s'offusquer des fautes d'orthographe tant qu'il ne s'agit pas d'une épreuve de français.


En fait, comme le permis de conduire ou l' enterrement ce n'est juste qu'un mauvais moment à passer.


Avant on a autre chose à faire que d'apprendre à conduire ou que de s'intéresser aux tarifs des Pompes Funèbres.


On vit et on conduit.


Après c'est fait, c'est fait et on ne va pas remettre cela.


Avant on se fiche du prix du permis ou de l'enterrement, pendant on sort le pognon, après on se dépêche d'oublier.


Et comme on a payé, souvent fort cher, il n'y a pas de raison que les autres ne payent pas, aussi, fort cher.


Et le tarif n'est pas évident à discuter sur le moment puisqu'il s'agit d'un fait accompli et admis par le plus grand nombre.


Pour l'orthographe c'est un peu pareil, avant le bac on n'en voit pas trop l'utilité et après on se fond dans la masse.


Et hors du bac on se débrouille comme on peut.


Mais, heureusement, tout cela va enfin changer.


Car demain on rase gratis.


Et c'est la surenchère des propositions pré-électorales.


Grâce à Truc ou à Machine on va enfin pouvoir lire, écrire, compter, passer le bac et le permis de conduire et même payer moins cher le gaz en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.


Et les étudiants vont même pouvoir se faire soigner les dents et s'installer car on va leur donner du pognon.


Pognon qu'on aura probablement récupéré du trop versé par les impôt aux contribuables qui ont la chance d'avoir une activité professionnelle et salariée et qui ont cru au Père Noël en reçevant un chèque.


Mais là c'est pas du pré-électoral, c'est de la réalité bien tangible.


Si vous ne l'avez pas compris c'est qu'on n'a pas encore été assez pédagogue !


Le mot est à la mode.


Il faut être pédagogue ! *


Si les Français ont dit non à la Constitution Européenne c'est qu'on a pas été assez pédagogue.


Il fallait pédagogiquement expliquer comment des femmes de gauche, qui s'étaient battues pour le droit à l'avortement en France acceptent que le traité en question interdise l'avortement à Chypre, au Portugal, en Irlande sans se poser la moindre question.


Si les Français sont descendus en masse dans la rue c'est qu'on ne leur a pas expliqué pédagogiquement les multiples avantages du CPE.


Si certains jeunes des banlieues ont mis le feu aux voitures de leurs parents et aux poubelles de leurs immeubles c'est qu'on ne leur a pas assez expliqué

pédagogiquement la chance qu'ils ont de vivre dans notre beau pays.


Si les poules n'ont pas eu la grippe aviaire c'est qu'on ne leur a pas démontré pédagogiquement que cela était bon pour notre économie.

 

Pédagogie et démagogie
Il faut de la PE-DA-GO-GIE !
La pédagogie passé un certain âge, c'est de la démagogie et de la vaseline !
C'est ce qu'on appelle, dans certains milieux, administrer une potion salutaire GC


Il faut donc de la PE-DA-GO-GIE !


Comme il fallait avant de la poudre de perlinpinpin pour à peu près tout soigner.


La pédagogie c'est nous expliquer que les antibiotiques ne sont pas aussi nécessaires qu'on le croyait jusqu'ici et qu'ils peuvent même poser des problèmes de santé.


Lorsqu'on affirmait cela il y a quinze ans dans les revues alternatives on passait pour un irresponsable.

J'ai donc été irresponsable de publier tout cela dans "La Vie Naturelle" de 1984 à 1999.


La pédagogie c'est nous expliquer que tous les vaccins ne sont pas utiles et que certains d'entre eux seraient même critiqués par l'Ordre Médical en personne !


La pédagogie c'est nous expliquer qu'on a besoin d'un médecin référent, d'un enseignant référent et probablement bientôt d'un flic référent, on appelle cela ailleurs un "chef de bloc", pour notre santé et notre sécurité.


Salutaire et sécuritaire sont les deux mamelles du totalitaire.


On nous explique, pédagogiquement, qu'il va falloir se présenter trois ou quatre heures avant le décollage, présumé, de l'avion ceci afin de se soumettre à diverses formalités. ceci afin d'éviter le terrorisme.


On va donc se retrouver pédagogiquement à poils comme au conseil de révision avec un sac en plastic à la main contenant le passeport biométrique infalsifiable et se faire renifler afin de détecter une éventuelle trace d'explosif.


Tandis qu'à peu près n'importe qui a accès aux zones réservées de l'aéroport et aux pistes, donc aux avions.


Et on nous explique alors pédagogiquement que le personnel de l'aéroport est trié sur le volet alors qu'il se compose pour bonne part, y compris dans le personnel de sécurité, d'intérimaires.


Mais il ne serait pas pédagogique de simplement constater que si quelqu'un est capable de faire un boulot sale pour quelques poignées d'euros, il serait probablement aussi capable de faire un sale boulot pour une valise de dollars.


Mais rien de plus pédagogique que la sécurité, il faut donc faire dans le sécuritaire.
Avec la bienveillante complicité des victimes de la démagogie.


Qu'on m'explique pédagogiquement quelle peut-être l'utilité réelle d'un famas, arme de guerre, dans un aéroport bondé par la éniemme grève d'une "certaine catégorie de personnel" surtout lorsqu'elle est utilisée par un type ou une nana en tenue léopard qui ont du, en tout et pour tout, brûler une centaine de cartouches dans un stand de tir ?


Qu'on m'explique, même démagogiquement, comment un véhicule automobile qui tourne trois quart d'heure avant de trouver une place de parking à Paris, qui reste bloqué sur le périphérique en moyenne deux heures par jour puis devant d'innombrables feux rouges non coordonnés ou derrière un bus bloqué à l'arrêt au milieu de la rue parce que sa station a été supprimée ainsi que sa voie de bus, pollue moins que le même véhicule automobile qui roule et qui se gare sans difficulté ?

Et que, pégagogiquement parlant, le Grenelle de l'environnement va encore faire exploser le prix du gaz et de l'electricité à cause des investissements en "énergies vertes"


Vertes comme le dollar ?

On comprend que les "Amis-Requins" soient réticents à tomber dans le piège à con d'une écologie "responsable" donc économiquement plus que rentable !


Initialement pédagogie provient du grec "paidos", enfant, jeune garçon qui a donné "padeuein" élever, instruire.


Il s'agit donc d'une théorie de l'éducation des enfants.


Littéralement "paidagogos" de "paidos", enfant et de "agein", conduire.


Littéralement c'est "apprendre à conduire un enfant" comme on lui apprend à marcher.


L'image est celle d'un adulte qui pose les pieds (pedis) de l'enfant sur les siens, le prend par les mains et marche lui apprenant ainsi comment on fait pour marcher, donc pour se diriger ou pour se conduire.

C'est presque souchonnesque.

Dans cette vision particulière il convenait donc d'apprendre à conduire un enfant puis de lui apprendre comment on se conduit.


Il convient donc avant tout de "bien savoir se conduire afin de montrer l'exemple".
Et non de "bourrer le mou" expression fort triviale et très imagée qui pourrait évoquer le satyre pédagogue qui illustre cet édito !


Sinon il pourrait être question, comme la racine grecque "paidagogos" pourrait l'évoquer de "pédagogogie" donc de "démagogogie".
Cessez donc un peu de tenter de nous bourrer le mou avec votre pédagogie à deux sous et tout le monde ne s'en portera bien.

Quelques autres exemples "pédagogiques"

On nous explique désormais que le solution au(x) problème(s) de l'énergie réside dans le regroupement de EDF et de GDF.


Or, il y a quelques années on prétendait résoudre le problème de l'énergie en séparant EDF de GDF qui s'étaient regroupés en 1946 pour résoudre le problème de l'ECFM (Electricité Charbon et Forme Motrice) qui elle même avait été créee, avant guerre, en réunissant diverses sociétés privées distribuant le gaz et l'électricité.


Question non pédagogique : combien ont déjà coûté au contribuable et aux usagers ces réunions-séparation ?


Autre question non pédagogique : les tarifs du gaz et de l'électricité baisseront-ils quelle que soit la nouvelle magouille ?

On nous explique que l'air, le sol, les lacs, les rivières sont de plus en plus pollués et on en est réduit à compter les quelques rares papillons qui échappent encore aux insecticides.


Et d'autre part on s'apprète à interdire, officiellement avec prison et amendes colossales à la clé, toute information ou publicité concernant des produits naturels comme le purin d'ortie, le jus de tabac, le blanc d'espagne qui sont utilisés dans la culture biologique.


On ne pourra donc vanter les bienfaits que des organo-fluorés et autres gazs de combat recyclés dans l'industrie chimique.


Et on pourra donc, enfin, utiliser sans le moindre remord et faire la promotion méritée des insecticides domestiques de type "Kapo" (on nous appelle les exterminateurs !) dans leurs magnifiques emballages rouge, jaune et noir, de style guérite germaine, et contenant du zyclon B produit par une firme allemande bien connue.

On nous explique que le paludisme vient de débarquer en Corse mais qu'on peut continuer à dormir tranquille puisque la médecine officielle veille d'un oeil et du bon.


Mais on n'entend plus parler de l'artémisine, ou plus simplement de l'armoise à fleurs jaunes qui traite depuis des siècles, sinon des millénaires, cette maladie en Chine.


A ce sujet on vous a ressorti une archive : un article de Georges Charles datant de 1994 sur cette plante.


Le précédent qu'il avait déjà écrit sur ce sujet datait de 1984.

Et on recherche celui qu'il avait publié la même année sur "le sucre, cet ami qui vous veut du mal - un facteur agravant de l'obésité enfantine " (La Vie Naturelle).
Ainsi que quelques autres concernant

"les farines animales dans l'alimentation bovine" ;


"Le poisson d'élevage et le poulet de batterie" ;

"La ruche malade de la gelée royale "


et on en passe et des meilleurs.

En attendant bonne reprise !

Un exemple concret de pédago-démagogie :

Les faux arbres-pylones

Les écolos aiment les arbres mais n'aiment pas les antennes !


Si on transforme une antenne en arbre, ni vu ni connu je t'embrouille et les riverains si ils ne sont pas attentifs aux travaux n'y verront que du feu, ou au moins que du bois !


C'est l'Art Alchimique de transformer le Métal en Bois !


A l'armée on appelle cela du camouflage.


C'est "faire FOMEC" (Forme, Ombre, Mouvement, Eclat, Couleur) afin de ne pas se faire repérer par l'ennemi.


Donc par le casse pied de base d'en face.
Pas vu à la télé, pas entendu à la radio, pas lu dans le journal, pas expliqué à la mairie.


Donc hop, je t'embrouille !


Et un arbre de plus dans le paysage.


Bizarre l'arbre, c'est sur mais à mon avis ils vont faire des progrès
Et puis qui regarde et connaît encore les arbres de nos jours ?


Sur celui-la évitez quand même de pratiquer le Qigong des Arbres (Ding Shu)
Quoi que si vous voulez vous recharger rapidement avant d'aller bosser !


Bon, ça c'est une antenne ou plutôt un pylone porteur d'antennes !

 


Et là par contre, le gros pépère qui ressemble un tant soit peu à un arocaria c'est un arbre-pylone.


Donc un faux arbre (brevet européen EP 1 1024 550 A1) !

Surveillerait-il quelque chose ?

Quelques (rares) sites évoquent ce sujet et précisent qu'il existe déjà de faux rochers, de fausses cheminées.

Si vous voulez en acheter un (c'est probablement très cher) la société ITAS vous proposera un devis.


Nous espérons par ailleurs qu'elle nous reversera un pourcentage si vous venez de notre part !

http://www.itas.fr/fr/pylonesArbres.htm

L'idée ne date pas d'aujourd'hui et des peintres reconnus aidèrent les militaires pendant la guerre de 14 18 à créer de faux abres qui servaient, déjà, de postes d'observation.


La preuve !

http://www.art-ww1.com/fr/texte/027text.html

Pour en savoir plus
cliquer ici !

Sur ce site en Edito : La chasse aux gros est ouverte !
cliquer ici