LA SAGA DU WU SHU
 

Un casse-tête... chinois !

Avec ce premier article, Georges Charles démarre une passionnante série que vous retrouverez chaque mois : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wu Shu sans jamais oser le demander!

Depuis des millénaires le Dragon est le symbole le plus représentatif de la Chine. Créé par les chinois à l'image du pays et de ses activités, il correspond particulièrement à la définition du Wu Shu.

Le Dragon est en effet immense et unique mais pourtant réduit au minuscule et reproduit à l'infini jusque sur les baguettes de restaurants. Il est immatériel et insaisissable mais pourtant omniprésent, parfois envahissant et vulgaire dans l'imagerie populaire.
Il est tantôt d'une grande bonté et annonciateur d'évènements heureux, tantôt d'une cruauté implacable et responsable de calamités et de dévastations. Il peut sommeiller des siècles, enfoui dans la terre ou se laissant porter par les nuages, puis se réveille brutalement sans crier gare. Il est d'une grande sagesse mais accumule des trésors qu'il conserve jalousement presque avec bassesse. Il est caractéristique, rien ne ressemble à un Dragon, mais pourtant constitué d'un assemblage hétéroclite : tête de chameau cornes de daim, oreilles de boeuf, cou de serpent, écailles de carpe, pattes de tigre, serres de hibou, yeux de salamandre... II est en outre capable de voler, de nager, de courir, de changer de taille et de couleur. Définir le Wushu à partir d'une école, d'un style, d'une tendance ou d'une époque correspondrait à définir le Dragon à partir d'un seul de ses éléments constitutifs.., qui voit les griffes s'écrie « Voilà un oiseau » qui regarde son muffle déclare « C'est un chameau »... qui considère son dos affirme « C'est un poisson »... Quelques uns prétendront que le Dragon n'existe pas et que c'est perdre son temps que d'en parler, certains feront référence aux fossiles d'espèces disparues conservés dans les muséums. D'autres ayant attrapé un simple lézard s'en contenteront fort bien, limitant leur Dragon personnel à un petit vivarium bien aménagé.

Faire tenir le Dragon tout entier dans un article unique est impossible... l'animal est plutôt envahissant et remuant. Plutôt que de risquer de lui couper la queue, de lui estropier une patte, de lui rogner le museau ou les moustaches, nous avons donc préféré lui consacrer une série le mettant mieux à l'aise.
Cette série permettra de répondre aux nombreuses questions que se posent les pratiquants, nos lecteurs, sur ce fameux « Casse-tête Chinois » qui a pour nom Wu Shu et qui se dissimule habituellement sous de nombreux pseudonymes... Alias «Kong Fu», «Kuo Shu», «Chung Kuo Chuan», «Boxe chinoise», «Kempo»... et autres «Shaolin», «Siu Lam», «Tai Chi Chuan», «Yoga chinois», «Gymnastique Taoiste», «Pa Tuan Chin», «Chi Kung»...
«Le Wu Shu est-il aussi ancien que certains le prétendent ?
- Est-il originaire des Indes ?
- Quel fut réellement le rôle de Shaolin et de Boddhidharma ?
- Existe-t-il une réelle différence entre style du Nord et style du Sud ?
- Qu'entend-on exactement par «style interne» et «style externe» ?
- Le Tai Chi Chuan est-il un art martial ?
- Quelle fut l'influence du WuShu sur le Judo, l'Aikido, le Karate Do, le Tae Kwon Do, le Viet Vo Dao ?
- Existe-t-il un Wu Shu taoïste et un Wu Shu bouddhiste ?
- La tradition se perpétue-t-elle en Chine ou le Wu Shu n'est-il qu'un simple spectacle artistique ?
- Existe-t-il un rapport entre le Wu Shu et l'acupuncture ?
- Quelles sont les principales écoles et leurs caractéristiques ?
- Existent-ils des grades, Dans et ceintures noires en Wu Shu ?
- Les techniques secrètes ou merveilleuses sont-elles un mythe ou une réalité ?
- Quels sont les maîtres actuels en République Populaire de Chine, à Taiwan, à Hong Kong... et ailleurs... etc...

WUSHU : UNE QUESTION DE DEFINITION

A un Prince qui lui demandait comment instaurer la Paix dans l'Empire Céleste, Kung Fu Tseu (Confucius) répondit : «A votre place, je commencerai par définir le sens réel des mots et je leur rendrai leur vraie signification !» Voyons donc ce que signifie Wu Shu et sa traduction d'Art Martial Chinois.

II y a encore quelques décennies il était encore question de «sports de combat», de «techniques de combat», voire de «méthodes de combat» fussent-elles chinoises, japonaises, coréennes... ou occidentales. Certains à l'instar de Monsieur Jourdain faisaient de l'Art sans le savoir et ne s'en portaient pas plus mal. Puis, par le biais de la littérature anglo-saxonne spécialisée, le terme «Martial Art» fit son apparition en France. Aussitôt traduit et récupéré le nouveau terme fut adopté à la quasi unanimité. Si les Américains affirmaient que le fait de savoir promptement jeter quelqu'un par terre ou de pouvoir lui délivrer un coup de pied ou de poing était de l'Art, le patrimoine culturel allait s'en trouver notablement modifié. Tout porteur de Keikogi, de Kimono ou de tenue chinoise devint donc un «artiste» par la force des choses... un «artiste martial» s'entend. Au gré de vagues réminiscences du cours d'Histoire de 6e on se borna à constater que Mars était le Dieu de la guerre et on en resta là. Quelques troubles-fêtes firent remarquer qu'il devait bien exister une petite différence entre le sport, la technique et l'art et que Mars n'était pas seulement le Dieu destructeur de la guerre mais également le protecteur des Arts appliqués et des techniques corporelles... leurs faibles protestations se perdirent dans le brouhaha de la constitution des Fédérations. Certains tentèrent même de faire prévaloir une quelconque différence vis à vis des «instances officielles»... et furent déboutés en Conseil d'Etat. Il faut admettre que la différence entre une projection et un coup de poing «artistique» , «technique», «sportif» ou «compétitif» fut difficile à accepter de la part d'un Secrétaire d'Etat. «Tous les crabes dans le même panier» fut à peu près sa réponse de l'époque. Tout ce qui remuait en cadence sur un tapis ou un parquet, était de provenance asiatique ou présumée telle, fut donc placé sous autorité compétente et catalogué sous l'étiquette «Jeunesse et Sports». Devant la complexité interne du problème on assista immédiatement à la création de catégories «affiliées», «assimilées», «affinitaires» et autres «associées». Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes d'autant plus que le soulagement avait été grand du côté du Ministère des Arts et de la Culture où l'on était peu enclin à recevoir une horde tonitruante et disparate fut-elle dépositaire d'une culture centenaire ou millénaire. Reproduire une chorégraphie bien de chez nous créée lundi dernier est de l'Art, reproduire un Kata ou un Tao datant de quelques centaines d'années est du sport.

Disserter sur un véhicule concassé ou sur un collage d'ordures ménagères exposé à Beaubourg est culturel... Transmettre un héritage profond issu du Tao Te King, du Nei King, du Gorin No Sho, du Bushido... est sportif. Qu'on se le dise. Concernant le Wu Shu, pour plus de tranquillité, il fut donc décidé, par assimilation et par comparaison, qu'il dépendrait une fois et pour toute du Karaté. «Dieu est toujours du côté des gros bataillons» se plaisait à affirmer Napoléon. En vue des effectifs actuels en présence l'affaire semble réglée tant que les chinois resteront sur la touche.

UN RETOUR AUX SOURCES

Puisque le terme «Art Martial» est parfois sujet à plusieurs interprétations, revenons donc à la source ! Les Chinois utilisent le terme Wu Shu, les Japonais le terme Bu Jutsu. Par la plus grande des coincidences les idéogrammes sont les mêmes dans les deux cas. Enfantin diront certains : Bu et Wu signifient Guerre et Jutsu et Shu technique, voire Art. Avec n'importe quel dictionnaire courant un enfant de quatre ans traduitrait en clair par «Art de la Guerre»... de là à Art Martial il n'y a qu'un pas vite franchi. II suffit par contre d'examiner la constitution des idéogrammes pour avoir un autre son de cloche... Malheureusement sur cet épineux sujet bien des orientaux ont soudain la mémoire qui flanche !


Du Taï Chi Chuan aux formes les plus dures de l'école Shaolin, de Hong-Kong à Taïwan en passant par l'immense Chine, le Wu Shu présente de multiples aspects: que cent fleurs s'épanouissent...

UN PEU DE TERMINOLOGIE CHINOISE... ET JAPONAISE

Prenons l'idéogramme Wu... ou Bu, on constate qu'il se constitue de deux caractères principaux, le premier Shang (au dessus de, supérieur, plus élevé) évoluant en Zhi (empreinte profonde d'un pas, arrêt, faire cesser, interdire, empêcher) et se transformant en Wang (liason entre la Terre, l'Homme, le Ciel, emblème royal). Ce premier caractère se situe devant Gue (hallebarde à crochet, arme meurtrière, par extension arme de tout genre et utilisation de cette arme, donc de la violence... de la guerre). L'idéogramme en question signifie donc littéralement «ce qui est capable d'arrête la guerre». Shu & ou Jutsu (Jitsu) quant à lui se compose de Xing (carrefour, ren contre, croisement de chemins) évoluant en Si (art médical, plante médicinale, par extension art, science, technique secrète). Wu Shu, comme Bu Jutsu signifie donc originellement «ART CAPABLE D'ARRETER LA GUERRE» ou «ART S'OPPOSANT A LA VIOLENCE».

Cette transcription littérale du Chinois ou Japonais classique au Français comporte de plus plusieurs notions philosophiques, ésotériques (liaison Terre/Homme/Ciel) ou liées aux techniques de santé (art médical, plantes qui guérissent). On est donc totalement à l'opposé de la traduction généralement admise... il ne s'agit nullement d'un «Art guerrier»... ou «Martial» (dans son sens occidental actuel), mais bien au contraire d'un Art créé pour s'opposer à la violence. Pour ne laisser aucun doute à ce sujet, Couvreur, auteur du Dictionnaire Classique de la langue Chinoise (1880) définit Wu de la manière suivante : «Wu : la vraie bravoure qui arrête l'action de la lance. Le vrai brave est celui qui est capable de faire cesser l'action des armes sans utiliser celles-ci...» .

 

LE VRAI SENS DU WU SHU

Le VRAI Wu Shu, comme le vrai Budo devrait correspondre à cette définition ou au moins s'en rapprocher. On reproche parfois aux «Arts Martiaux» et à plus forte raison aux «sports de combat» leur violence. Or, il s'avère que celle-ci est prise en compte consciemment, strictement régie et, normalement, parfaitement contrôlée... Les accidents y sont toujours le fait du hasard... puisque le danger est connu on doit savoir s'en éloigner ou le maîtriser. Peut-on en dire autant de certains «jeux» et de leurs fanatiques qui, bien que ne parlant jamais de violence, sont la cause directe ou indirecte de nombreux morts dans des stades où l'hystérie collective est soigneusement entretenue par ceux même qui noirs donnent des leçons de morale.
Concernant la Chine, il est parfois question de «Kong Fu» ou «Gung Fu» ... or il faut savoir que ce terme employé seul est impropre, il signifie littéralement «travail accompli» , «réalisation personnelle» parfois même «homme méritant». Le terme Kong Fu implique donc un niveau atteint dans une discipline... fut-elle la cuisine, l'ébénisterie, la littérature, la peinture ou... les arts martiaux. On peut, par exemple, affirmer que Boccuse a le «Kong Fu» en cuisine ou que Verlaine avait le «Kung Fu» en poésie... Pour les arts martiaux, il convient donc d'ajouter ce à quoi on se réfère «Kung Fu Wu Shu» = «réalisation personnelle dans l'art capable d'arrêter la violence»... «Hung Gar Kung Fu» «réalisation personnelle dans l'art du poing de la famille Hung...».
Précisons que ce terme «Kong Fu» nous vient, principalement, des Etats-Unis... encore les anglo-saxons ! En Chine et chez les Chinois on préfère utiliser les termes Wu Shu (Art chevaleresque), Kuoshu (Art du pays... ou Art national), Chung Kuo Chuan (Poing du pays du Centre... ou poing chinois). En règle générale Kong Fu est réservé à l'exportation vers les «barbares»... ou les «Kwai Lo» (fantômes blancs) !